La femme est-elle un leader comme les autres ?

La femme est-elle un leader comme les autres ?

 

Parce que la femme qui a pour ambition d'être l'égale de l'homme manque singulièrement d'ambition...

Une femme leader est avant tout... un leader.

Longtemps je me suis inscrite en faux face à des femmes qui me parlaient discrimination positive. Être nommée parce qu’on est une femme n’est certes pas la panacée.  

Et pourtant 10 ans après la loi Copé - Zimmermann, force est de constater que cela a produit des résultats.

Et si la femme est un leader comme les autres, elle doit aussi faire face à 2 écueils.

 

Le premier écueil, elle-même !

 

Nous voulons tout, et nous avons raison. Et parfois nous pensons devoir faire des choix,tenues par notre culpabilité ou notre devoir familial. Nous ne pourrons pas consacrer le temps approprié à nos familles si nous avons une carrière. Dire qu’il n’y a aucun sacrifice serait un abus de langage. Demandez à Christine Lagarde ce qu’elle en pense...

Selon un baromètre commandé par la Commission Européenne en 2011, les femmes étaient moins disponibles en raison de leurs charges familiales (68% de répondants) et étaient moins intéressées par les postes à responsabilité que les hommes (28%).

En cela, la loi Copé-Zimmermann est une réussite. La France est en tête de la féminisation des conseils d'administration (42,9 %) en Europe. Sans cependant rattraper leur sous-représentation dans les directions générales (22% dans les comités exécutifs et comités de Direction).

 

Le second,son environnement...

 

Selon ce même baromètre, le monde professionnel est dominé par les hommes qui ne font pas suffisamment confiance aux femmes (76%) et les femmes sont moins intéressées par les postes à responsabilité que les hommes (28%).

Quand bien même nous sommes persuadées que nous avons les mêmes atouts, c’est notre environnement qui se chargera de nous rappeler que « ce n’est pas pareil... »

La féminisation des conseils n’est pas un but en soi, mais une façon de faire progresser l’égalité femmes-hommes à tous les niveaux de l’entreprise… C’est ainsi qu’un DRH groupe m’a dit un jour « Cherchez un homme pour ce poste, une femme n’aura pas la disponibilité ! »

 

Plafond et parois de verre

 

Au-delà des clichés et autres poncifs que nous avons toutes et tous déjà entendus, il existe concrètement un plafond de verre en entreprise. C’est ainsi que les femmes ont historiquement accédé moins facilement aux postes à haute responsabilité, même si la loi nous aide aujourd’hui. Ainsi les femmes représentent 39,9 % des cadres et professions intellectuelles supérieures alors qu’elles sont 47,98 % de la population active.

Et si nous connaissons tous la notion de plafond de verre, nous connaissons moins le principe des parois de verre. De quoi s’agit-il ?

Bien que l’université compte 56,8 % d’étudiantes en 2015, les jeunes femmes constituent 70 % des étudiants en lettres et sciences humaines. Et seulement 30% d’étudiantes en écoles d’ingénieur. 

Non seulement nous accédons moins facilement aux postes à haute responsabilité mais lorsque nous y accédons, ce sont des fonctions à moins fort enjeu stratégique, telles que la Communication ou les Ressources Humaines, quant les Opérations ou la Finance restent l’apanage des hommes.

Les obstacles évoqués dans l’étude menée par le Cabinet Catalyst sur la représentation des femmes dans les services financiers évoquent le manque de parrainage et l’exclusion des réseaux de communication informels parmi le Top 3, réduisant ainsi l’accès aux opportunités d’évolution de carrière pour les femmes.

 

Masculin –Féminin, la grande réconciliation

 

Devons-nous nous masculiniser pour devenir des leaders crédibles, habillées en tailleur pantalon noir ou gris, une poigne de fer dans un gant de velours ? Je ne crois pas.

Ce n’est pas le genre qui définit notre leadership, ce sont nos valeurs.

Et si certaines valeurs relèvent du masculin, telles que l’esprit de conquête ou l’autorité, elles nous sont fort utiles pour exprimer pleinement notre leadership. Quant aux valeurs qui relèvent du féminin, telles que l’esprit collaboratif ou l’empathie, c’est ce qui nous rend humaines et nous permet de créer du lien autrement.

Dans un environnement où la sécurité psychologique est devenue l’enjeu majeur des entreprises et de leurs collaborateurs, il est urgent d’oser nommer des leaders humains et inspirants, hommes et femmes confondus, aux postes clés.

En conclusion et pour plagier Oscar Wilde, soyez la femme que vous êtes, tous les hommes sont déjà pris !